VTT a 2

VTT a 2

PASSIONNEMENT VTT ................ 27.5 + 6 FATTIE et FAT BIKE

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #divers



Me voilà enfin sur les singles du Chateau de Berne avec mon Spicy 316






Son comportement au pédalage est très agréable de part sa position du buste relevé et du coté onctueux des amortisseurs : un véritable sofa !!
Il n'y aura donc aucun problème pour se rendre sur nos terrains préférés ou faire de longues virées en rando.

La très grosse surprise est sa motricité. J'ai pu grimper des côtes facilement : les mêmes qui m'avaient posées problème avec le Décathlon (qui avait tendance à se lever de l'avant avec obligation de s'assoir sur le bec de selle, et avec le risque que la roue arrière dérape). Sur le Spicy, pas besoin de se mettre sur le bec de selle, l'avant reste scotché au sol (sans pour autant empêcher, quand on le désire, de lever la roue avant -"manual"- pour le passage d'une marche ou d'une racine).La roue arrière est aussi scotchée au sol. En bref, il grimpe très bien sans avoir l'impression d'avoir un tank.

En descente il marche du feu de Dieu. Je peux m'amuser maintenant à faire quelques excentricités en toute sécurité, comme mes petits "pet de lapin".Il reste très équilibré : il décolle bien, il atterrit à plat aussi bien en saut de table ou sur des buttes (enfin petit saut : il ne faut pas que je me la "pète").
Il ne faut pas s'effrayer de voir le joint torique de l'amortisseur arrière en fin de butée, le spad utilise tout le débattement sans talonner.
Je suis très satisfait du comportement de la fourche Fox à ressort hélicoïdal.
Les freins Formula  sont très efficaces, progressifs et puissants.

La position de pilotage est impeccable pour moi, je n'ai pas eu besoin de toucher à la potence.

Le seul défaut que je lui trouve pour l'instant est une proue un peu lourde et pataude, l'angle de chasse n'est évidemment pas le même qu'un XC. Je pense que j'ai dû accentuer cette sensation par la pose d'un pneu lourd, de section généreuse et carrée : le Barracuda MRC 230. Un pneu comme le Fat Albert par exemple, de section ronde, ou avec le pneu d'origine doit rendre l'avant moins pataud.

Sa forme très sloupée le rend très maniable. Sa géométrie relativement sage le rend très stable en descente et très bon grimpeur, peut-être un peu neutre sur les relances et sur la maniabilité.

Ma conclusion est très positive : je pense qu'avec le Spicy je vais pouvoir progresser rapidement et bien m'éclater. Et enfin pouvoir faire un stage de descente avec la MCF des Orres car j'ai maintenant le spad adéquat.

                                         





Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #divers

Le premier contact est très concluant et je suis très agréablement surpris. Avant le premier essai j'ai fait quelques modifications de matos sur le VTT que je détaillerais prochainement.

Mais avant tout, je vous conseille de bien régler les amortisseurs.

Ce n'est pas la peine de jouer à l'apprenti sorcier car je l'ai fait. J'ai durci l'amortisseur arrière au-delà des réglages prescrits, idem pour la fourche afin de bien me rendre compte des différences apportées et de la précision du réglage préconisé par le constructeur. Au final, le système de réglage arrière du SAG (précontrainte) -avec le curseur sur le tube de selle et les repères sur le bras oscillant- est parfait et très simple à mettre en oeuvre. Ne pas oublier de se munir d'une pompe haute-pression en vente chez n'importe quel magasin vélo (même Décathlon, Go Sport ...) qui coûte entre 20 et 40€.

Réglage de l'amortisseur arrière

Retirer le bouchon de valve et brancher la pompe haute-pression.
                                         
Se mettre sur une marche ou contre un arbre pour pouvoir tenir assis sur le vélo (bien sûr, le réglage se fait avec le pilote dessus).
S'assoir sur le vélo en position de pilotage et tout équipé de préférence avec tout votre matos habituel (vache à eau, casque, chaussure, matériel de dépannage...). Je vous assure que le poids supplémentaire de tout notre attirail change totalement le réglage.
                                          
Régler l'amortisseur assis dessus en ajustant avec la pompe haute-pression. Le but est d'avoir la bague dans la zone grisée entre 17 et 21. Ce réglage est vraiment très important car ça lui donne vraiment le maximum de ces capacités.
                                        
Finaliser le réglage avec la molette rouge du rebond, réglage qui n'est surtout pas à négliger.

Il vous donne la vitesse de retour à la position initiale de vos amortisseurs sans que cela ne se transforme en un "retour de raquettes" violent ni en une impression d'avoir de la guimauve. Le choix du rebond est très personnel, il faut trouver le juste milieu. En fait, il faut avoir des amortisseurs qui retrouve une partie de leur course au moment d'un deuxième choc rapproché sans être non plus désarçonné par le retour violent des amortisseurs en position initiale.


Réglage de la fourche

 
Se mettre à coté du vélo, les deux mains sur le cintre et enfoncer de tout son poids la fourche, surtout sans à-coups.
Il faut que la fourche s'enfonce de moitié. Utiliser la molette bleue pour régler la précontrainte.
Il reste à régler le rebond avec la molette rouge (le principe est le même que pour l'amortisseur arrière).
     
N'essayer pas de comprimer la totalité de la course à l'enfoncement, c'est impossible avec un ressort hélicoïdal.
Pour avoir le maximum de précision, vous pouvez mettre un collier électrique sur le plongeur (attention de ne pas rouler avec car il peut couper le joint spi). Moi, j'ai mis en place un joint torique sur le plongeur sans démontage du fourreau (ça fera l'objet d'une explication spécifique), c'est très pratique pour pouvoir modifier le réglage à tout moment selon le terrain.

Je pense que la fourche avec le ressort hélicoïdal est plus difficile à régler que la fourche à air du Spicy 516. Pour régler cette dernière, il faut faire la méme opération en précontrainte. Cela donne déjà un très bon réglage en précontrainte. le gonflage de cette fourche se fait également avec une pompe haute-pression.

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #divers


Comment en est-on arrivé là?
 
J'avais déjà été attiré en 2008  par le Spicy de part sa belle gueule, sa couleur orange pétard, sa fourche blanche etc....En plus il y avait beaucoup de critiques positives et très peu de défauts (les pneus Michelin, son manque de caractère, les cables vulnérables au choc sous le cadre...). Mais c'était, à l'époque, un VTT trop catalogué enduro et freeride.
Donc mon choix d'achat hypothétique était centré sur le Zesty pour ses 140  mm de débattement, son poids et aussi les bonnes critiques que j'avais lu. Il était plutôt classé en "All montain light" Le point négatif pour moi du Zesty de l'époque était sa couleur triste. Personnellement je trouve qu'une couleur sympa c'est important.
Mais bon c'était à l'époque juste pour le plaisir de l'oeil et pour se tenir au courant des nouveautés par le biais de magazine VTT.
Jusqu'au jour où Véro me dit en bas d'une descente des Deux Alpes "Il va falloir qu'on change de VTT si on veut progresser" . Et là, me voilà plongé dans tous les essais vélo de tous les magazines VTT du plus vieux jusqu'au dernier publié.
La conclusion de mes prospections fut étonnante. En effet, petit à petit les critiques avaient changé ainsi que les mentalités et le Zesty était devenu un VTT bon partout et surtout inclassable.
Comme quoi les choses ne sont pas figées : Le Zesty s'avère être super en XC, en enduro light et en descente de façon occasionnelle.
Ca y est, notre choix était enfin fait aprés des longues lectures et  discussions. Vous vous doutez bien que vu le budget de nos 2 bikes, on a pas droit à l'erreur.
Et là Vero me dit : " Tu es bien sûr qu'un 160mm comme le Spicy par exemple ne serait pas mieux pour toi ? "
Donc me revoilà sur les tests. Le choix final fut difficile car le Spicy est devenu aussi, au vu des critiques un VTT polyvalent donc très intéressant pour moi. En fait son débattement de 160 mm et sa faible différence de poids avec le Zesty a définitivement fait pencher la balance. En plus, son apparente capacité au pédalage m'a conforté dans mon choix.
Je n'ai malheureusement pas pu essayer le Spicy 316 au Roc d'Azur (je m'étais blessé au genou en roller). J'allais donc avoir la surprise totale au moment de l'achat. Mais à première vue le millésime 2009 a bien évolué : la problématique des cables sous le cadre est résolue, la couleur grenat et blanc est "super sympa". Pour les pneus ça n'a pas d'importance car de toute manière je les change.
Pour mon opinion finale il ne reste plus qu'à l'essayer aprés quelque modif (disque de 200 mm, selle téléscopique, antideraillement DM3 -en commande- ...)

Conclusion Pour moi : ça sera le Spicy 316 version 2009 et pour Véro le Zesty 314 version 2009.

Donc direction notre vélociste préféré (Bicyclinic dans le Var) pour les acheter.
Il nous a fait essayer les VTT en nous conseillant des tailles inférieures à celles préconisées pour les autres VTT. En effet j'ai pris un M (je mesure 1m76) et pour Véro un S (elle mesure 1m67).
D'ailleurs je pense que les critiques liées à la longueur des potences sur le Spicy et le Zesty sont plus liées à un problème de taille.

 Par chance le Spicy était en stock ce qui m'a permis de l'avoir de suite. Pour Véro, il est en commande depuis plus d'un mois chez Lapierre (qui doivent être assez débordé par le franc succès de sa gamme) Elle ne l'aura pas avant le début de l'année prochaine


Voilà la bête !!!
                                                   

Et bientôt tous les résultats de mes premiers pas en Spicy !!!

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #équipement vététiste

Depuis le printemps dernier, nous portons à chaque randonnée un casque Met (sauf pour les descentes où nous mettons un casque intégral).

La sécurité a été la principale raison de l'achat de ces casques même si pour beaucoup ça paraît "too much".

En fait 2 mois après leurs achats, Manu a testé en "réel" l'efficacité et donc l'utilité de ces casques. Dans une descente de la randonnée "La Mauresque" (Vidauban -83), il a fait une magnifique chute où son visage a vu de très près le sol. Seule la mentonnière du casque l'a empeché d'aller se fracasser la machoire sur un caillou.
Le choc a été si violent que l'intérieur de la mentonnière lui a coupé le menton (il faut dire que les arêtes sont assez vives). Conclusion : 4 points de sutures aux urgences et une cicatrice encore visible mais je pense que ça aurait été bien pire sans ce casque.


      

Sur nos casques on a mis un petite lampe à LED (Sigma micro R)  qui s'intègre très bien dans une des aérations arrières pour être visible. Ce qui est un atout car elle est toujours en place (pas de souci d'oubli de lumières en cas de retour à la nuit tombante).

PB140253       PB140252
Fixer avec un collier rilsan (électrique).

De plus 2 autocollants placés à l'arrière réfléchissent la lumière.
Nous avions peur que ce casque soit plus chaud que les autres casques sans mentonnières. En fait il l'est légèrement mais sans plus car il est très aéré. Il est muni d'une petite visière très compacte ajourée permettant aussi d'améliorer la ventilation. 
Les nombreux points de ventilation permettent également un choix de fixation de la caméra GoPro Héro 5 Motorsport.
Nous avons trouvé que ce casque était relativement léger au vu de la protection apportée.
Pour exemple  : - un casque sans mentonnière pèse entre 250 et 300g 
                        - un casque intégral de descente pèse entre 900 et 1100 g
                        - le casque Met Parachute pèse 490g

Le système de réglage sur l'arrière de la tête est bien conçu et permet un bon maintien du casque. Les mousses sont fines mais confortables, absorbantes et lavables (elles se retirent).
La jugulaire est très facilement "clipsable" et "déclipsable". Par contre, elle a tendance à se déregler ce qui implique un ajustement ou au moins une vérification avant chaque randonnée.
La présence de la mentonnière peut dérouter lors de l'utilisation de la vache à eau. Mais on s'habitue très vite et cela n'empèche absolument pas de se désaltérer.

Donc nous trouvons que ça correspond parfaitement à notre pratique de VTT (randonnée sportive avec du dénivelé, des descentes techniques et parfois des passages trialisants).







Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Caméra embarquée

Toutes les vidéos que nous avons réalisées jusqu'à présent ont été faites avec la caméra Orégon ATC2K On l'a acheté à Décathlon sur un coup de coeur : on trouvait ça sympa de pouvoir se filmer pendant les randonnées VTT pour montrer nos exploits à la famille et aux amis.
Au fil des utilisations, il a fallu trouver un moyen pour stabiliser la caméra qui avait tendance à vibrer sur le casque (confère photos).

 Manu a trouvé ce système de mousse qui nous a permis de faire toutes les vidéos de descente sur ce blog. En même temps, il faut également trouver le bon positionnement sur le casque pour éviter de filmer le sol ou le ciel (ce qui a demandé plusieurs séances d'essais).

Lors du dernier Roc d'Azur, nous avons été attiré par la caméra Go Pro Héro 5 Motorsport. On nous a vanté ses mérites : petit système de stabilisation interne, un grand angle, boitier étanche, présence d'un viseur et un mécanisme d'orientation plus étudié. En plus elle est plus petite et beaucoup plus légère.
On a réfléchi en faisant le tour des stands et on a l'a achetée.

Mais pour être sûr d'avoir fait un bon achat, on a décidé de faire un comparatif entre les deux caméras.

Pour cela, direction le Château de Berne (dans le Var -notre terrain de jeu favori-) moi avec la caméra Orégon sur le côté du casque ( ce qui est à éviter à mon avis car assez inconfortable vu le poids de la caméra) et Manu avec la Go Pro. Nous avons pris le même chemin l'un derrière l'autre.

Ces vidéos sont brutes sans aucune transformation par un logiciel de montage de films (c'est pourquoi il y a du "déchet" au début et à la fin).

Voilà le résultat

Caméra Orégon ATC2K

 


Caméra GoPro Hero 5 Motorsport

 



A noter le "soin" que nous mettons à régler la caméra avant le départ : ci-dessous le dialogue correspondant :
                - elle est bien réglé?

                - Attends je regarde (sans les lunettes on voit mieux). Oui ça va
                - t'es sure?

                - Attends je revérifie (toujours sans lunettes) Oui ça va

                - Je l'ai bien allumé ?

                - Mais oui. Allez on y va !

Conclusion :
Au vu des ces deux vidéos, la GoPro nous parait beaucoup mieux : l'image est plus stable et plus agréable à regarder. Son coté "grand angle" nous permet d'avoir une meilleure vision des parcours.

Il ne nous reste plus qu'à trouver un bon logiciel pour retravailler les films. En effet pour le moment nous avons fait les vidéos avec Windows Movie Maker mais çà réduit à néant les qualités de la caméra Go Pro. Nous avons acheté le logiciel Pinnacle Studio version 12. Sur le premier essai nous avons visiblement que peu de perte de pixels donc cela semble prometteur.

voir l'article suivant du test entre la mise des videos sur internet de WAT et ZAPIKS






Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Tige de selle téléscopique

La tige de selle télescopique  devient indispensable à nos yeux pour la descente technique par son coté fluide et securisant. Elle est facile d'utilisation et d'entretien, son look n'est pas désagréable. On peut la récuperer au changement du bike et son poids n'est pas tellement pénalisant.

La gravity a plusieurs avantages
La tige est protégée par un soufflet ce qui est loin d'être un gadget dans la boue, le sable... . Si  le soufflet ne donne pas forcement un coté fun comme la crankbrothers ou la Cobra I900 R, je pense que ça évite pas mal d'ennuis.
Son coté entierement mécanique sans air ni hydraulique permet de la réparer rapidement méme en cas de grosse galère.
Elle est disponible dans tous les diamètres par le biais d'une bague d'adaptation.
De plus, c'est un produit bien usiné et bien fini sans jeu lateral. Il est possible de faire des réglages au niveau de la bague de réglage de translation ainsi qu'au niveau de la précontrainte du ressort de rappel.
Nous l'utilisons de façon intensive depuis 1 an 1/2  et nous n'avons eu aucun entretien à faire. Je viens juste de les démonter pour graissage.

On peut lui trouver quelques défauts.  
Il faut donner une impulsion avec le "derrière" pour déverrouiller le mécanisme de blocage (on s'habitue très vite et cela devient un reflexe)
Il n'y a pas de position intermédiaire (personnellement on n'en voit pas l'interêt mais je comprends que cela soit un critère de choix pour d'autres personnes)
De plus, le  levier de commande n'est pas forcement très ergonomique. Pour l'améliorer, il suffit juste de prendre le modèle pour gaucher et l'installer à droite. On se retrouve alors avec le levier en mode poussée vers le bas ce que je trouve plus ergonomique. Pour faciliter son positionnement par rapport au passage de vitesse, il y a plusieurs solutions :
      - pour les commandes Sram aucun problème on peut les rapprocher facilement de la main droite
      - pour les Shimano Deore il suffit juste de prendre le modele SLX car les indicateurs de vitesse se retirent (ce qui permet de rapprocher la commande de la main).Si vous avez des LX il suffit de retirer l'indicateur et de mettre une piece autocollante sur le trou pour éviter les impuretés dans les poignées.

La grosse critique que nous avons entendu et lu est que parfois il existe des problèmes de verrouillage de la selle en position haute. Pour éviter ce problème il suffit juste de règler la bague de réglage en translation en laissant un tout petit jeu. Cette bague se trouve sous le soufflet et elle sert d'étanchéité et de réglage (très important : elle se règle à la main).

La différence entre les deux modèles de gravity vient juste du mécanisme de verrouillage (le reste du mécanisme est identique) :
        - pour la dropper avec un système d'aimant 
        - pour la turbo avec un  doigt d'indexation directement tiré par le cable de commande
Il faut également noter que la turbo est plus cher que la dropper.
Au niveau poids la gavity dropper en 10 cm de débattement pour moi pèse 530 g ,et la turbo de Véro en 7.5 cm de débattement pèse 510 g
La gravity dropper a un systeme plus complexe avec les aimants et beaucoup de pièces en mouvement (ce qui lui apporte un coté un peu bruyant au niveau du mécanisme -les oiseaux nocturnes je pense s'en remettrons ! ), ce qui ne l'empèche pas de très bien fonctionner.
On a quand même un fonctionnement plus onctueux pour la turbo.

                                         
Voilà la photo du pack de livraison de la tige de selle avec levier de commmande, pontet 3M autocollant (trés utile pour fixer le cable ce qui évite d'avoir des colliers autour du cadre), une clé BTR (qui sert pour les vis d'arrêt de cable qui se situe à la poignée) et un pontet de rechange pour la poignée de commande ainsi que la notice avec une vue éclatée des pièces.
 
Pour le démontage de la tige de selle,  il faut d'abord retirer le doigt de verrouillage.
Pour la Gravity Dropper
                
Pour la Turbo
           
Ensuite procéder au démontage de la coupelle BTR qui se trouve sous la tige de selle (attention à la compression du ressort).
               
Lever le soufflet puis dévisser à la main la bague d'étanchéité et de réglage et sortir le plongeur de la tige de selle.
            
Sortir le soufflet, bien le nettoyer l'interieur à l'alcool à brûler (solvant neutre pas de risque pour le plastique et caoutchouc). Nettoyer le plongeur 
Pousser avec le ressort dans le tube de selle pour évacuer la coupelle de protection du plongeur.
            
Bien nettoyer le tube

Important :  remonter d'abord le ressort  nettoyé et graissé puis la coupelle BTR
cela évitera de foirer le filtage de cette coupelle dificile à remonter avec le ressort  en compression.

Puis remonter la coupelle de protection du plongeur (attention au sens) et la tige de selle graissée ,appuyer sur le plongeur. Serrer la bague à la main et effectuer un pré-reglage du jeu en translation (attention c'est un  réglage important). Règler à votre convenance la contrainte du ressort pour la vitesse de remontée de la tige de selle.
Replacer le soufflet.

Points de graissage :
                         

                      
Graisser légèrement sans excès de graisse le mécanisme avec l'aimant pour améliorer son fonctionnement


Changement de cable
sur la gravity Dropper

 

            

             


pour le changement de cable sur la turbo voir article suivant

Très important :  ne pas serrer trop fort  les vis inox dans l'alu car c'est fragile.
Bien graisser les filtages et surtout ne pas mettre de frein filet.
Bien faire attention au sens des aimants, celui du bas  repousse le doigt et celui d'en haut l'attire.

Sur la turbo le systéme est plus simple, il n'y a pas d'autres consignes particulières

                  


Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées
Cette randonnée a été un challenge pour nous car c'était la première fois que l'on s'inscrivait sur une randonnée de 55km avec 1300m de dénivelé (le maximum avait été 45 km 1100 m de dénivelé à la randonnée des 3 Châteaux).

On n'a pas été déçu.

Après une petite frayeur au niveau météo (une petite pluie a commencé à tomber juste au moment du départ mais heureusement de très courte durée ), nous nous sommes lancés sur le parcours sans "bombarder" ce qui nous a valu d'être doublé par de nombreux VTTistes dans la première montée (et même par un coureur à pied ce qui est quand même beaucoup plus rare !).
Une première partie pas très technique, qui nous permet de profiter du paysage en attendant le ravito à environ 25km. Arrivée à l'Esparron du Verdon, il est enfin là et comme on est dans les derniers, le choix est plus limité mais largement suffisant pour nous restaurer correctement.
De là, une montée beaucoup plus difficile se profile (que je fais en partie à pied au contraire de Manu qui grimpe jusqu'en haut sur son VTT, trop fort ce Manu !!). Ensuite après une partie en plateau, c'est le début d'un descente très technique sur des chemins très caillouteux (j'ai d'ailleurs mis pied à terre plusieurs fois) qui nécessite un petit arrêt pour mettre les protections de genoux (on n'est jamais assez prudent !)
               

Deuxième ravitaillement à Quinson puis on se lance dans une succession de montées, singles-track sur les plateaux et quelques descentes caillouteuses.
                
Troisième ravitaillement à notre grande surprise car notre compteur marque déjà 55km. Là on apprend qu'il reste normalement 17km à faire mais que l'on peut couper par le parcours des 30 km pour n'avoir plus que 10km à faire. Donc on se ravitaille (merci aux bénévoles de ce dernier ravitaillement pour leur patience car ils ont dû entendre toute la matinée des "réclamations" dont ils n'étaient pas responsables).
Et on décide de couper car ça fait déjà environ 5h qu'on est sur le vélo et on commence à fatiguer (on n'est pas Absalon non plus !). Et là après quelques km on s'aperçoit qu'on arrive sur une descente en single-track que l'on avait adoré lors de l'édition précedente. C'est donc avec un grand plaisir qu'on la descend "à fond" (enfin tout est relatif).

A l'arrivée 65 km et 6h15 environ à rouler : on est assez fier car on est fatigué mais pas "explosé" et on a passé une bonne journée.
                                              

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées
Une fois n'est pas coutume nous nous sommes expatriés dans le Bordelais le temps d'une randonnée (merci à Corinne et Richard pour leur invitation).

Le principe :  45 km de VTT dans le Sauternais au millieu des vignes et des grands noms de Sauternes (Iquem, la Tour Blanche ...) avec des pauses dégustations prévues dans certains chateaux (cette randonnée se déroule pendant les journées portes ouvertes de ce vignoble.


Tout d'abord merci à l'organisation pour le temps magnifique qui nous a accompagnés toute la journée. Je sais, ils n'y sont pour rien mais c'était tellement inattendu que je les soupçonne d'avoir eu recours à quelques méthodes obscures pour faire apparaitre le soleil (pour rappel, la veille il pleuvait et la météo avait annoncé un temps plus que mitigé).

Au départ de Château Filhot, il y a beaucoup de monde (inscription limitée à 3000 personnes).
Après des départs en vague, nous voilà partis sur les chemins au milieu du vignoble alternant côtes et descentes.
Et d'un coup une file d'attente très longue avec des rumeurs qui courent sur la cause de cet arrêt (premier ravitaillement?). Donc pause forcée d'environ 30 à 45 min qui se passe tranquillement au soleil (encore grand merci à l'organisation). En fait, il s'agit du passage sous l'autoroute par une grosse buse où l'on ne peut passer qu'un par un et en plus on doit mettre pied à terre pour récupérer le chemin. La question se pose : est-ce le seul passage possible?
La première dégustation arrivant, je m'aperçois que personnellement, boire du sauternes au milieu de la randonnée n'était pas forcément le moyen de la finir en bon état donc je me suis abstenue et je n'étais pas la seule (dommage car j'aime bien le sauternes). En fait on ne s'est arrêté que pour les ravitaillements solides. 
     
Le parcours nous a ensuite emmené  le long du Ciron pour de nombreux single-tracks très ludiques (avec pour un participant un petit bain improvisé).
            
Au retour on retraverse le vignoble avec de magnifiques vues en lézardant entre les chateaux.

A l'arrivée, on est accueilli par un sandwich et un verre de sauternes (et pour moi un tee-shirt gagné au tirage au sort).

En bref, on a passé une excellente matinée dans un cadre magnifique.
        

Pour notre part, on est passé en fin de journée après la randonnée par quelques châteaux pour faire des dégustations de Sauternes en toute tranquilité, sans arrière pensée ce qui a clôturé de façon agréable cette journée. 


Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Station de ski en été

C'est une station qui mérite le détour, mais qu'on n'a pas pu apprécier à sa juste valeur.
La première fois, il venait de pleuvoir : une des remontées était fermée ainsi qu'une partie de la piste bleue avec modules (suite à un accident). La deuxième, on était un peu fatigué.
 Cela nous a quand même permis de nous faire une opinion.

Points Forts
         - le balisage : les pistes sont matérialisés par des rubalises de la couleur de la piste ( vert pour piste vert, bleu pour piste bleue etc). C'est très utile pour le choix des pistes.
         - pour les passages communs aux pietons des couloirs différents sont bien définis pour éviter toute "rencontre".
         - des pistes de tous niveaux (même pour les débutants) , un bike-park, des templins ....
         - la piste verte est réellement une piste de descente avec quelques passages un peu techniques (ce n'est pas un simple chemin en descente)
         - la piste bleue très ludique avec des passerelles en bois en forêt et des passages de prise de vitesse, des virages relevés
         - un joli cadre avec des pistes alternant tous les paysages de montagne (rocailleux, forêt , prairies) avec des vues sur le lac de Serre-Ponçon.
Point faible :
         - le premier télésiège dont le principe est d'accrocher soi-même le VTT à un crochet au niveau d'un siège et de monter sur le même siège et de le décrocher seul en haut.
La principale difficulté est que le crochet est un peu haut donc impossible pour moi d'accrocher mon VTT toute seule (eh oui ! j'entends déjà les commentaires : ça veut faire du VTT de descente mais ça n'arrive même pas à lever son VTT. C'est vrai mais je ne suis qu'une faible femme avec des petits bras !!!!). Bref cela obligeait Manu à accrocher son vélo puis le mien puis monter tous les deux sur le siège et à l'arrivée descendre mon VTT et le sien. Sauf qu'en haut c'est mieux car il y avait une personne qui à chaque fois m'a gentiment décrochée le vélo. Encore merci !!
C'est donc toute une organisation qui ne marche pas à tous les coups (nous en avons eu la preuve en direct avec un père et son fils devent nous)

Attention : ne pas se fier à la longueur du point faible par rapport aux nombres de points forts car ça reste une très bonne station où normalement nous devrions aller faire un stage de perfectionnement de descente l'année prochaine.



Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Station de ski en été

C'est notre station "chouchou". En effet c'est dans cette station qu'on a fait de la descente pour la première fois.

Venu pour faire des randonnées aux alentours de Colmars (04) (très joli village médiéval fortifié), nous avons poussé jusqu'à la station de Seignus. Et là après moultes hésitations, nous avons décidé de tester "la descente".
Pour l'histoire, nos VTT étaient alors les bas de gamme de chez Décathlon avec juste des amortisseurs à air au lieu des amortisseurs à ressorts.
On se lance sur la piste "Le Serre" : tout va bien, on descend à notre rythme jusqu'au passage sur un chemin très caillouteux et et plutôt glissant. Et là on a l'impression de ne rien maitriser. En effet avec des pneus de 190 de section (en plus un peu usé pour ceux de Manu), l'accroche n'est pas terrible. On arrive quand même en bas de la piste.
Bilan : on a bien aimé donc on fonce direct dans le magasin de location de VTT pour acheter 2 pneux de 230 pour l'arrière et on a continué notre journée.



Suite à cette journée, certains de refaire de la descente, on s'est équipé plus sérieusement : casques intégrales, protection cuisses et fesses pour moi (cette première journée avait laissé quelques séquelles : des bleus énormes), protections genous et coudes plus performantes, disques de 180 mm -et par la suite 200 mm pour Manu- (il faut dire qu'après une journée de descente nos disques étaient complètement bleus avec un freinage quasi nul sur la fin de la dernière descente).

Depuis nous allons régulièrement dans cette station.

  Notre tour des stations pour l'été 2008 ne pouvait donc pas se faire sans un détour vers le Val d'Allos.
L'avantage de cette station est qu'elle permet de faire de la descente à tout niveau (piste verte = Le serre, piste bleue = La Thune, piste rouge Chambon (attention erreur sur le plan ce n'est pas une verte), Le Gros Tapi, Valcibière et Valdemars. Toutes les pistes alternent passage en forêt et prairies dans un cadre magnifique.

 

Nos deux pistes fétiches :

La Thune : single-track dans la forêt pour la partie haute et traversée de prairies sur la partie basse


La Valcibière : pour nous sans conteste, la plus belle piste du Val d'Allos. On a vraiment l'impression d'être au coeur de la montagne, loin de la station (attention parfois, des vaches sont au milieu du chemin).
En plus cette piste alterne des passages rapides et et des virages techniques (portion des virages très serrés, excellente pour améliorer sa technique) avec des chemins parfois caillouteux. Et en plus, il n'y a jamais beaucoup de monde sur cette piste ce qui permet de la faire à son rythme sans gêner personne.


La Valdemars : on l'a fait cet été pour la première fois. Pour atteindre le départ, il faut pédaler un peu ( peut-être 5 à 6 km en légère montée, rien d'insurmontable!) Par contre elle doit être très peu fréquentée car le début de la piste nous fait traverser un pré sans aucun chemin visible (même pas de l'herbe couchée).
Au départ traces au milieu des prairies et des bois, se terminant par un single track dans les bois avec zone caillouteuse puis un retour le long du Verdon par un chemin. Vraiment sympa, elle mérite d'être faite.

Par contre, nous n'avons jamais fait "le Gros Tapi" : le problème de cette piste c'est qu'elle est assez fréquentée par les pédestres. Donc à faire, à mon avis, de bonne heure le matin (ce qu'on est jamais arrivé à faire !!)

Bref pour nous c'est une belle station (la preuve : c'est une étape du Tribe 10 000), avec des conducteurs de remontées mécaniques très sympathiques, pas trop loin de chez nous, qui mériterait d'être plus connu.
Point faible il faut le reconnaître : pour le moment il n'y a pas de bike-park. Mais normalement c'est prévu car la pancarte est déjà installée.
A noter, la présente de marmottes dans les prairies quand on prend le télésiège du Gros Tapi.








Voir les commentaires

BOX LIKE

  

 youtube.com VTT A 2

 

NOMBRE DE VISITEURS

compteur web

Vtt-a-2

 

 

 

Articles récents

NOUVELLE CATEGORIES

Hébergé par Overblog