VTT a 2

VTT a 2

PASSIONNEMENT VTT ................ 27.5 + 6 FATTIE et FAT BIKE

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Rando Alpes de Haute Provence
Ce dimanche, on teste un parcours trouvé sur le site www.tracegps.com "Les Terres Noires" que l'on a chargé sur notre GPS (c'est vraiment très pratique).

Départ au centre de Digne pour environ 10 km de montée sur route. Cela nous permet de voir de beaux paysages et une belle vue sur la ville qui devient de plus en plus petite au loin.
 
Un chemin en flanc de montagne nous amène sur les Terres noires : c'est un paysage très surprenant et étrange à la fois.

En tout cas c'est un super terrain de jeu pour la descente : une succession de petites descentes à pic et des montées, avec des passages en devers et des chemins parfois très étroits. C'est très impressionnant. En tout cas moi ça m'a beaucoup impressionné et dans cette partie j'ai eu beaucoup de mal à "me lacher". En effet, beaucoup de montées finissent en léger surplomb de la descente, de sorte qu'en arrivant en haut, on doit "se jeter" dans la descente sans la voir : un peu "flippant" quand on ne connait pas. Par contre ça n'a pas vraiment gêné Manu qui s'est éclaté !

Nouvelle montée entre chemins et singles suivie d'une descente en single avec virages en épingle, marches, cailloux, que du bonheur. On arrive ensuite sur une autre portion de "Terres Noires". Mais là ce n'était que de "l'éclate" !  Manu m'ayant montré que sur la première partie c'était faisable, je ne me suis pas, cette fois-ci, posée de questions !!. J'ai "foncé" (sauf sur une, qui a valu à Manu une belle chute sans gravité avec juste une épaule égratinée et un casque fendu : heureusement la caméra n'a rien ce qui vous permet de la vivre en direct live !!).
On quitte les Terres Noires par un single très ludique et quelques passages à gué pour retrouver la route et Digne les Bains.
                                       
Un parcours de 27 km qui nous a littéralement emballé et que l'on va garder bien précieusement pour le refaire !!

                                   
Photo du casque après la chute : comme quoi ça sert à quelque chose d'en avoir un !!
                                                        

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées

C'est le grand jour, le matin du départ !!
On a dormi sur place pour pouvoir partir à l'heure sans se lever aux aurores.

Les conditions météo sont idéales : grand beau temps et température très douce (pas besoin de prendre de veste). Tout est réuni pour passer une excellente journée. Reste juste une petite pointe d'angoisse, n'avons nous pas vu trop grand cette fois-ci ?(enfin je parle surtout pour moi car Manu est très confiant !).

De toute façon les dés sont jetés et les plaquettes retirées, il n'y a plus qu'à y aller !

On se met en place au départ pour ce qui est à ce jour notre plus longue randonnée : 100 km (ou 94km en réel selon ce que j'ai pu lire sur le compte-rendu de Gérald), 2950 m de dénivelé négatif et 1235 m de dénivelé positif.

Le départ est lancé : on ne se jette pas dans la meute (eh oui, on a un blog à écrire et des photos à faire !!) mais on les suit de très près.
Juste le temps d'admirer le paysage du haut du Mont Lachens et on se lance dans une longue descente, interrompu uniquement par un petit bouchon dans les bois.
Ces 15 km pour aller jusqu'au ravito de Mons sont un vrai régal, pratiquement que de la descente alternant entre des grandes pistes, des petits sigles caillouteux, des virages un vrai bonheur !!.

Ce premier ravito à Mons est magnifique aussi bien par sa table que par son paysage.

Une fois restauré, nous voilà reparti toujours dans un profil descendant ponctué par une super descente technique caillouteuse et des portions plus roulantes.

Arrivée au ravitaillement de la Chapelle Notre Dame de Selves et 36 km  parcourus (et pour le moment tout va bien !!). Place au salé avec un choix très varié et très fourni. Il faut reprendre des forces car il se raconte qu'après on attaque sérieusement la montée.

Effectivement dans cette partie, on monte dans la forêt du Colle de Rouet vers la Fontaine aux Chasseurs. Par chance la montée est longue ( un panneau en bas nous indique 10 km avant le sommet), mais régulière. Donc moi je prends mon temps pour être sure d'arriver en bonne état en haut (car on n'a pas fait la moitié encore !!).

En haut du sommet une distribution d'eau nous permet de faire une pause et de faire le plein des vaches à eau.

                                   
De l'autre coté, le paysage est complètement différent, et une longue descente sur un large chemin (mais malgré tout un peu "piègeux"), nous amène au Château du Rouet pour un nouveau ravito : on est à environ 60 km du départ.

Les 20 km qui nous sépare de Rochebrune sont un peu plus monotones malgré quelques singles tracks, notamment en bord de rivière, assez ludiques. 

L'arrivée au ravito de Rochebrune par la ville (en haut d'une piscine -ça c'est un peu cruel !!), nous permet de retrouver les Laurannis Brothers (www.undimanchedevtt.com) qui venant par le bus sont partis plus tard que nous. Coté forme, je sens les 80km que l'on vient de parcourir mais ça va encore et je n'ai pas de crampes, et Manu pas de problème, ça va plutôt bien !
Quelques victuailles avalées, on ne tarde pas trop : on n'est pas rendu ! (comme on dit chez moi). D'autant que s'annonce le col de Bougnon !!

Et c'est là que la fatigue apparaît d'autant qu'il y a quelques zones de belles montées et même du portage : là ça devient plus dure pour moi. A peine un arrêt au ravito (juste un verre d'eau) avant d'attaquer une petite portion de descente (au cours de laquelle tous mes muscles se font rappeler à mon bon souvenir). Et là , une grossière erreur, je suis persuadée que nous avons passé le col et que le plus dur est derrière nous. Que nenni, il reste encore des côtes et pas des petites. Là j'avoue que j'ai un peu craqué, mais après quelques centaines de mètres à pied, une dernière côte en VTT, nous arrivons sur la route pour une descente tout schuss vers les Issambres avec la mer en point de mire.
            
L'arrivée sur la plage de San-Peïre se fait dans un mélange de fierté d'avoir réussi et de fatigue (il y a environ 9h qu'on est parti).
Cette randonnée nous laisse beaucoup de bons souvenirs et déjà une envie de le refaire l'année prochaine.

33 minutes d'images (divisés  en 3 vidéos) et l'album photos permettent de retracer des moments de ce Lachens-Mer 2009.



Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #pneu-chambre
 Je pense avoir enfin trouvé le pneu arrière adapté pour un bon Obélix rider comme moi, qui résiste à mes 82 kg tout nu, à mon pilotage bûcheron, à nos régions de caillasses coupantes.

Le pneu hutchinson tubeless MRC
piranha 230 (taille réelle 2.36)


  

                                                                             
                                                                           6 cm de large calcul de taille réelle voir article pneu du 31/01/09
                                                                                        
                                                                                     
Il a un bon volume qui le rend confortable.
Il a une bande de roulement pas trop cramponné qui lui donne un bon rendement pour son volume.
La motricité est très correcte, une accroche latéral MONSTRUEUSE sur la caillasse, les devers, les virages , très sécurisant, un vrai rail, un bon freinage.
Pour l'usure on va voir au long terme.
Par rapport au ardent 235 (article précédent) qui a pris la direction poubelle le hutchinson a des flancs
indestructibles.

(trés important le sens de montage du pneu,la fléche diriger dans le sens de rotation.)

Le test s'est fait grandeur nature aux 100 km du LACHENS.
Je n'ai eu aucune crevaison et un comportement très sain.



Je suis équipé maintenant à l'avant en hutchinson  barracuda 230 MRC ust tubeless ,à l'arrière en piranha 230 MRC ust tubeless.
Il est vrai que ce  montage est un peu lourd ,mais par contre super sécurisant et fiable, sans avoir de multiples crevaisons, hernies, crampons arrachés et j'en passe : la chose qui vous gâche bien une rando au bout de 3 crevaisons sans chambre de rechange , à jouer les apprentis sorciers avec nos braves rustines et nos nerfs en pelote.
Demander à Véro, elle connaît tout mon répertoire de gros mots .
Un montage que je conseille aux enduristes qui aiment le technique et le cassant.
L'idéal pour un Obélix rider.
Bon ride .
article suivant sur les pneus dh minion maxxis 235 et 270

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées

Depuis 3 ans, cette randonnée est notée chaque année dans nos tablettes. C'est donc avec attention que l'on a guetté toute la semaine précédente la météo.
Joie et bonheur : du soleil est annoncé pour ce dimanche.
Au programme cette année : les 50 km  (eh oui, il faut bien s'entraîner : les 100 km de Lachens c'est dans 3 semaines !!), départ Château St Julien d'Aille à Vidauban.

Donc on arrive assez tôt et à 7h50 on est au départ, en pleine forme, prêt à en découdre.
Quelques tours de pédales et Manu s'arrête : problème de dérailleur arrière qui va engendrer plusieurs arrêts dans les 10 premiers kms et quelques jurons que la décence m'interdit de répéter (et même une insulte suprême à son VTT -qu'il a regretté plus tard- "si j'avais su j'aurais acheté un Trek" !!). Bref de réglages en réglages, la machine repart (et l'idée de l'abandon pour problèmes techniques nous quitte !).

La première partie de la randonnée nous fait traverser la plaine des Maures par des monotraces et des chemins pour atteindre le massif des Maures et les premières ascensions.
                
Un single-track dans la forêt alterne sol sec et très boueux (reste du printemps pluvieux) et finit par une traversée de rivière un peu périlleuse.
                                               
Le parcours se poursuit par une longue ascension (avec une première partie assez longue en portage).

La contre-partie des efforts est le paysage et un ravitaillement en sommet avec un beau point de vue.

Comme toujours après la montée, on attend une belle descente : espoir non déçu et encore plus. On a été conquis et on s'est éclaté, tellement cette piste était ludique avec virages serrés, marches, prise de vitesse... Une bonne dose d'adrénaline et de plaisir.
La descente se finit sur des chemins larges pour redescendre au plus bas du massif afin de bien pourvoir remonter ensuite !!! Sur le trajet , petite pause "burette d'huile" ce qui n'est pas un luxe car nos VTT commencent à grincer sérieusement.


Au sommet d'une montée (ça fait un petit moment que je fais du portage alors que Manu a monté la plupart du temps sur son Spicy), un guetteur sur son rocher nous observe. En fait c'est le responsable de la fermeture des pistes. On est un peu à la bourre !! (les problèmes mécaniques du matin nous ont bien fait perdre 3/4 heure et moi je ne vais pas super vite dans les montées !!).








Bref, on se renseigne : tant que les motos ne sont pas là on peut continuer normalement.
On continue donc vers la crête des "Roches Blanches", encore du portage mais arrivé en haut, la vue est sublime (d'un coté la baie de St Tropez, de l'autre la plaine des Maures).
 
Pédaler au milieu de ce paysage efface toutes les fatigues. La descente de cette crête est très rocailleuse et technique, et enchaîne sur des portions de descentes plus ludiques les unes que les autres. Mais le bruit des motos se rapproche à l'arrivée au 2ème ravito.

Ça y est, c'est officiel nous sommes les derniers !!.
Ce qui n'empêche pas les organisateurs de nous laisser le temps de nous ravitailler tranquillement et de nous autoriser à finir le parcours des 50km (retour plus long que celui des 35km) : très sympa et encore merci !!!
Et là ce n'est que de la descente jusqu'à la plaine (avec un passage par la Garde-Freinet), avec de belles portions rocheuses limite trial, un vrai régal !! Surtout qu'avec les motos dernières ça pousse un peu, ce qui pimente encore un peu plus la descente.
Arrivé dans la plaine, un dernier ravitaillement nous attendait, rien que nous, mais bon, il reste 8 km et on ne va pas retarder tout le monde !!.

Sur la dernière portion, nous avons même trouvé le moyen de doubler d'autres participants et d'en rattraper d'autres malgré la fatigue.Que du bonheur !

Au final 51.5 km et 5h35 sur le VTT : parcours assez dur en montée (beaucoup de portage) mais des descentes de folie et des paysages magnifiques (notamment celle de la crête), et un grand merci à tous les bénévoles et organisateurs très sympathiques pour ce magnifique tracé à la fois XC ,enduro avec une pointe de freeride, un parcours technique qui nous laisse un très bon souvenir.  Je pense que c'est l'une des meilleures rando que nous avons fait jusqu'à maintenant.

Le seul déception c'est que la 2ème carte SD de notre caméra où on avait enregistré les descentes est impossible à lire : on a encore du mal à s'en remettre !!!

Mais malgré tout une vidéo avec des images "sauvées".

Voir les commentaires

BOX LIKE

  

 youtube.com VTT A 2

 

NOMBRE DE VISITEURS

compteur web

Vtt-a-2

 

 

 

Articles récents

NOUVELLE CATEGORIES

TUTO MECANIQUE/
 


 

 

 


SPECIALIZED


 

 

Hébergé par Overblog