VTT a 2

VTT a 2

PASSIONNEMENT VTT ................ 27.5 + 6 FATTIE et FAT BIKE

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Provence Xtreme Château Berne



LES NEWS DE DERNIERE MINUTE



ENDURO
Les nouveaux tracés d'ENDURO sont ouverts:( 4  spéciales sont ouvertes)

PLAN des parcours disponible sur leur site.

UNE NOCTURNE  de dirt est prévu le10/07/09  de 20h à minuit (et tous les vendredis par la suite)

(5 euros ou 1/2 tarif sur la présentation du pass jump park)

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées

Il y a 5 ans, par le plus grand des hasards, en se promenant près du Mont Aigoual, on est tombé sur cette course. Manu, qui débutait en VTT, la regardait déjà avec envie.

5 ans après, on se décide : on va participer au Midi Libre Mont Aigoual ! Pas à la compétition mais à la randonnée organisée en parallèle !
Et comme on n'est pas des petits joueurs, on s'est inscrit à la rando de 50Km.

La veille, une fois n'est pas coutume, on s'installe au camping communal de L'Espérou (lieu du départ).

Départ groupé le lendemain à 9h55 (ça change des départs à 8h00 voir plus tôt que l'on a d'habitude).
La première partie est essentiellement située en sous-bois : alternance de montées et descentes tout en relance : très "chaud" physiquement.

D'ailleurs on ne verra pas le reste de la randonnée. Les 20 premiers kilomètres faisant une boucle pour revenir à l'Espérou, on s'est arrêté là.
Physiquement on n'avait pas le niveau pour cette randonnée qui est quand même assez éprouvante. En plus, on ne peut pas s'arrêter, même une minute pour souffler, sans immédiatement avoir l'impression d'être une "vache" tellement les mouches, moustiques et taons nous tournent autour !!
Le fait d'avoir le parcours randonnée sur les mêmes parcours que la compétition doit sans doute pour les VTTistes augmenter la motivation. Le problème, par contre, quand vous êtes un peu en retard comme nous, est de se retrouver au milieu des coureurs qui eux sont chronométrés et ce malgré les départs décalés : c'est un peu gênant.

Conclusion : content d'y être aller car on avait cette randonnée en tête depuis longtemps mais je ne pense pas qu'on va y retourner.

Cela ne nous a pas empêcher de faire une vidéo (exceptionnellement c'est moi qui filme!!) car le parcours était très sympa.

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #free raid

Ce week-end, c'est de la descente !!  En effet, pour la reprise on s'est dit " rien de mieux que la Free Raid Classic".

Direction les 2 Alpes dès le samedi. Comme on n'est pas arrivé trop tard, on a décidé de faire un tour du salon du Mondial du VTT. En fait, on ne s'est pas éterniser car il faisait assez froid : ça même été un choc de température !! Eh oui, chez nous il fait beau et chaud depuis un mois et on avait un peu oublié que ça ne serait pas la même chose à 2000m d'altitude !!. Bref, après quelques tours dans le salon un peu désert en cette fin d'après-midi (il faut dire que le temps ne s'y prête pas trop -gris, vent, froid-), on récupère nos plaques, ticket repas ... pour le lendemain et on rentre à la maison (dans notre Vito !!).

Dimanche matin : grand beau temps
On est inscrit pour le départ à 9h00 parcours B.
Après avoir revêtu toutes nos protections, direction le glacier à 3200m. Et au fur et à mesure que l'on monte, on aperçoit la neige sur les pistes de descente. Grosse surprise !! (effectivement l'année dernière on était venu au mois d'août et il n'y avait plus du tout de neige en dessous du glacier).
Arrivée en haut : Oups, mais c'est l'hiver ici !! On a même rencontrer des skieurs sur le haut de la piste !!

Le temps de s'échauffer un peu (-3°C quand même !!) et on se lance à l'assaut des pistes enneigées avec plus ou moins de bonheur selon que la neige est bien tassée ou non (heureusement qu'on s'est un peu entraîné cet hiver !!!).

C'est parti pour une journée de descente sur les divers terrains des 2 Alpes : à voir sur la vidéo ci-dessous!!
          
Début de journée assez en forme, avec de belles pointes de vitesse.
A noter une rubalise qui n'était plus fixée et un chemin se retrouve ouvert alors qu'il y avait une très grosse marche derrière : chute pour moi sans gravité à part ma selle cassée (elle était presque neuve en plus !!). Bref cela n'entame pas notre forme et on finit le parcours B.

Démarrage du parcours C.
Là je laisse Manu faire tout seul une nouvelle piste et on se dirige ensuite direct sur la station sans passer par Vénosc (première entorse au parcours !!)
A 12h arrêt repas : au menu salade de riz, tartiflette, salade fruit : ça, ça vous cale pour l'après-midi.
                                  
On repart pour finir le parcours C avec une piste qu'on avait jamais faite : à flanc de montagne dans la rocaille : assez impressionnante.

Là, la fatigue se faisant sérieusement sentir on décide d'arrêter la journée : on zappe donc complètement le parcours A non sans regret. On y retournera cet été !!

Grâce aux 3 points de départs (et des horaires décalés), nous n'avons eu que très peu d'attente aux différentes remontées (le plus gros temps d'attente a été d'environ 10 min à la remontée pour le Thuit, il y a pire !!) et pas l'impression de foule sur les pistes : très agréable !!
L'organisation est très bien huilée que ce soit pour le balisage, le repas ou la consigne VTT (pendant le repas). Un grand merci pour tout ça !!

                  

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Provence Xtreme Château Berne
Les tracés enduro à Provence Xtreme, on nous en parlait depuis le début de l'année. Nous avions même déjà fait avec Manu le n°1 en avant première.

Là, ça y est : 3 tracés sont officiellement ouverts (le 4ème est en cours de sécurisation).

Je me suis donc précipitée samedi pour les essayer.

Le numéro 1  (pour ceux qui connaissent : il est situé sur le parcours XC n°3, sur la droite, entre l'embranchement du parcours XC n°4 et la route -enfin pas de problème c'est bien balisé) : tout en virage et en relance dans les sous-bois : très bien fait mais un peu galère pour moi car les relances ce n'est pas mon fort et pour le moment j'ai toujours un peu de mal avec ce tracé !!

Le numéro 2 (toujours pour ceux qui connaissent  sur le parcours XC n°3 et 4, sur la gauche après l'emplacement de la grosse flaque de boue -qui a séché maintenant !!-) : beaucoup plus roulant, plus axé sur la descente, un peu de technique, de virages ... , je l'ai trouvé très ludique (mais c'est comme les Fingers Cadbury, il faudrait les faire un petit peu plus long !!!).

Le numéro 3 (encore pour ceux qui connaissent sur le parcours n°2 après la route sur la droite) : incontestablement le plus "hard" des trois : portions de descentes très techniques avec des marches, modules, virages serrés, du devers et des petites côtes bien placés. A refaire pour une bonne "maîtrise" du tracé !!

Ces variantes enduro sont très bien faites (et différentes) et permettent de varier les plaisirs avec les parcours XC.

J'ai fait une petite vidéo (et oui exceptionnellement j'étais toute seule -Manu était au boulot- donc c'est moi qui ai filmé !!) Par contre, la vidéo est un peu surexposée (trop de soleil !!!!), donc on ne voit pas bien les difficultés du terrain. On en refera sans doute plus tard.





Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Rando Alpes de Haute Provence
Ce dimanche, on teste un parcours trouvé sur le site www.tracegps.com "Les Terres Noires" que l'on a chargé sur notre GPS (c'est vraiment très pratique).

Départ au centre de Digne pour environ 10 km de montée sur route. Cela nous permet de voir de beaux paysages et une belle vue sur la ville qui devient de plus en plus petite au loin.
 
Un chemin en flanc de montagne nous amène sur les Terres noires : c'est un paysage très surprenant et étrange à la fois.

En tout cas c'est un super terrain de jeu pour la descente : une succession de petites descentes à pic et des montées, avec des passages en devers et des chemins parfois très étroits. C'est très impressionnant. En tout cas moi ça m'a beaucoup impressionné et dans cette partie j'ai eu beaucoup de mal à "me lacher". En effet, beaucoup de montées finissent en léger surplomb de la descente, de sorte qu'en arrivant en haut, on doit "se jeter" dans la descente sans la voir : un peu "flippant" quand on ne connait pas. Par contre ça n'a pas vraiment gêné Manu qui s'est éclaté !

Nouvelle montée entre chemins et singles suivie d'une descente en single avec virages en épingle, marches, cailloux, que du bonheur. On arrive ensuite sur une autre portion de "Terres Noires". Mais là ce n'était que de "l'éclate" !  Manu m'ayant montré que sur la première partie c'était faisable, je ne me suis pas, cette fois-ci, posée de questions !!. J'ai "foncé" (sauf sur une, qui a valu à Manu une belle chute sans gravité avec juste une épaule égratinée et un casque fendu : heureusement la caméra n'a rien ce qui vous permet de la vivre en direct live !!).
On quitte les Terres Noires par un single très ludique et quelques passages à gué pour retrouver la route et Digne les Bains.
                                       
Un parcours de 27 km qui nous a littéralement emballé et que l'on va garder bien précieusement pour le refaire !!

                                   
Photo du casque après la chute : comme quoi ça sert à quelque chose d'en avoir un !!
                                                        

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées

C'est le grand jour, le matin du départ !!
On a dormi sur place pour pouvoir partir à l'heure sans se lever aux aurores.

Les conditions météo sont idéales : grand beau temps et température très douce (pas besoin de prendre de veste). Tout est réuni pour passer une excellente journée. Reste juste une petite pointe d'angoisse, n'avons nous pas vu trop grand cette fois-ci ?(enfin je parle surtout pour moi car Manu est très confiant !).

De toute façon les dés sont jetés et les plaquettes retirées, il n'y a plus qu'à y aller !

On se met en place au départ pour ce qui est à ce jour notre plus longue randonnée : 100 km (ou 94km en réel selon ce que j'ai pu lire sur le compte-rendu de Gérald), 2950 m de dénivelé négatif et 1235 m de dénivelé positif.

Le départ est lancé : on ne se jette pas dans la meute (eh oui, on a un blog à écrire et des photos à faire !!) mais on les suit de très près.
Juste le temps d'admirer le paysage du haut du Mont Lachens et on se lance dans une longue descente, interrompu uniquement par un petit bouchon dans les bois.
Ces 15 km pour aller jusqu'au ravito de Mons sont un vrai régal, pratiquement que de la descente alternant entre des grandes pistes, des petits sigles caillouteux, des virages un vrai bonheur !!.

Ce premier ravito à Mons est magnifique aussi bien par sa table que par son paysage.

Une fois restauré, nous voilà reparti toujours dans un profil descendant ponctué par une super descente technique caillouteuse et des portions plus roulantes.

Arrivée au ravitaillement de la Chapelle Notre Dame de Selves et 36 km  parcourus (et pour le moment tout va bien !!). Place au salé avec un choix très varié et très fourni. Il faut reprendre des forces car il se raconte qu'après on attaque sérieusement la montée.

Effectivement dans cette partie, on monte dans la forêt du Colle de Rouet vers la Fontaine aux Chasseurs. Par chance la montée est longue ( un panneau en bas nous indique 10 km avant le sommet), mais régulière. Donc moi je prends mon temps pour être sure d'arriver en bonne état en haut (car on n'a pas fait la moitié encore !!).

En haut du sommet une distribution d'eau nous permet de faire une pause et de faire le plein des vaches à eau.

                                   
De l'autre coté, le paysage est complètement différent, et une longue descente sur un large chemin (mais malgré tout un peu "piègeux"), nous amène au Château du Rouet pour un nouveau ravito : on est à environ 60 km du départ.

Les 20 km qui nous sépare de Rochebrune sont un peu plus monotones malgré quelques singles tracks, notamment en bord de rivière, assez ludiques. 

L'arrivée au ravito de Rochebrune par la ville (en haut d'une piscine -ça c'est un peu cruel !!), nous permet de retrouver les Laurannis Brothers (www.undimanchedevtt.com) qui venant par le bus sont partis plus tard que nous. Coté forme, je sens les 80km que l'on vient de parcourir mais ça va encore et je n'ai pas de crampes, et Manu pas de problème, ça va plutôt bien !
Quelques victuailles avalées, on ne tarde pas trop : on n'est pas rendu ! (comme on dit chez moi). D'autant que s'annonce le col de Bougnon !!

Et c'est là que la fatigue apparaît d'autant qu'il y a quelques zones de belles montées et même du portage : là ça devient plus dure pour moi. A peine un arrêt au ravito (juste un verre d'eau) avant d'attaquer une petite portion de descente (au cours de laquelle tous mes muscles se font rappeler à mon bon souvenir). Et là , une grossière erreur, je suis persuadée que nous avons passé le col et que le plus dur est derrière nous. Que nenni, il reste encore des côtes et pas des petites. Là j'avoue que j'ai un peu craqué, mais après quelques centaines de mètres à pied, une dernière côte en VTT, nous arrivons sur la route pour une descente tout schuss vers les Issambres avec la mer en point de mire.
            
L'arrivée sur la plage de San-Peïre se fait dans un mélange de fierté d'avoir réussi et de fatigue (il y a environ 9h qu'on est parti).
Cette randonnée nous laisse beaucoup de bons souvenirs et déjà une envie de le refaire l'année prochaine.

33 minutes d'images (divisés  en 3 vidéos) et l'album photos permettent de retracer des moments de ce Lachens-Mer 2009.



Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #pneu-chambre
 Je pense avoir enfin trouvé le pneu arrière adapté pour un bon Obélix rider comme moi, qui résiste à mes 82 kg tout nu, à mon pilotage bûcheron, à nos régions de caillasses coupantes.

Le pneu hutchinson tubeless MRC
piranha 230 (taille réelle 2.36)


  

                                                                             
                                                                           6 cm de large calcul de taille réelle voir article pneu du 31/01/09
                                                                                        
                                                                                     
Il a un bon volume qui le rend confortable.
Il a une bande de roulement pas trop cramponné qui lui donne un bon rendement pour son volume.
La motricité est très correcte, une accroche latéral MONSTRUEUSE sur la caillasse, les devers, les virages , très sécurisant, un vrai rail, un bon freinage.
Pour l'usure on va voir au long terme.
Par rapport au ardent 235 (article précédent) qui a pris la direction poubelle le hutchinson a des flancs
indestructibles.

(trés important le sens de montage du pneu,la fléche diriger dans le sens de rotation.)

Le test s'est fait grandeur nature aux 100 km du LACHENS.
Je n'ai eu aucune crevaison et un comportement très sain.



Je suis équipé maintenant à l'avant en hutchinson  barracuda 230 MRC ust tubeless ,à l'arrière en piranha 230 MRC ust tubeless.
Il est vrai que ce  montage est un peu lourd ,mais par contre super sécurisant et fiable, sans avoir de multiples crevaisons, hernies, crampons arrachés et j'en passe : la chose qui vous gâche bien une rando au bout de 3 crevaisons sans chambre de rechange , à jouer les apprentis sorciers avec nos braves rustines et nos nerfs en pelote.
Demander à Véro, elle connaît tout mon répertoire de gros mots .
Un montage que je conseille aux enduristes qui aiment le technique et le cassant.
L'idéal pour un Obélix rider.
Bon ride .
article suivant sur les pneus dh minion maxxis 235 et 270

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #Randos organisées

Depuis 3 ans, cette randonnée est notée chaque année dans nos tablettes. C'est donc avec attention que l'on a guetté toute la semaine précédente la météo.
Joie et bonheur : du soleil est annoncé pour ce dimanche.
Au programme cette année : les 50 km  (eh oui, il faut bien s'entraîner : les 100 km de Lachens c'est dans 3 semaines !!), départ Château St Julien d'Aille à Vidauban.

Donc on arrive assez tôt et à 7h50 on est au départ, en pleine forme, prêt à en découdre.
Quelques tours de pédales et Manu s'arrête : problème de dérailleur arrière qui va engendrer plusieurs arrêts dans les 10 premiers kms et quelques jurons que la décence m'interdit de répéter (et même une insulte suprême à son VTT -qu'il a regretté plus tard- "si j'avais su j'aurais acheté un Trek" !!). Bref de réglages en réglages, la machine repart (et l'idée de l'abandon pour problèmes techniques nous quitte !).

La première partie de la randonnée nous fait traverser la plaine des Maures par des monotraces et des chemins pour atteindre le massif des Maures et les premières ascensions.
                
Un single-track dans la forêt alterne sol sec et très boueux (reste du printemps pluvieux) et finit par une traversée de rivière un peu périlleuse.
                                               
Le parcours se poursuit par une longue ascension (avec une première partie assez longue en portage).

La contre-partie des efforts est le paysage et un ravitaillement en sommet avec un beau point de vue.

Comme toujours après la montée, on attend une belle descente : espoir non déçu et encore plus. On a été conquis et on s'est éclaté, tellement cette piste était ludique avec virages serrés, marches, prise de vitesse... Une bonne dose d'adrénaline et de plaisir.
La descente se finit sur des chemins larges pour redescendre au plus bas du massif afin de bien pourvoir remonter ensuite !!! Sur le trajet , petite pause "burette d'huile" ce qui n'est pas un luxe car nos VTT commencent à grincer sérieusement.


Au sommet d'une montée (ça fait un petit moment que je fais du portage alors que Manu a monté la plupart du temps sur son Spicy), un guetteur sur son rocher nous observe. En fait c'est le responsable de la fermeture des pistes. On est un peu à la bourre !! (les problèmes mécaniques du matin nous ont bien fait perdre 3/4 heure et moi je ne vais pas super vite dans les montées !!).








Bref, on se renseigne : tant que les motos ne sont pas là on peut continuer normalement.
On continue donc vers la crête des "Roches Blanches", encore du portage mais arrivé en haut, la vue est sublime (d'un coté la baie de St Tropez, de l'autre la plaine des Maures).
 
Pédaler au milieu de ce paysage efface toutes les fatigues. La descente de cette crête est très rocailleuse et technique, et enchaîne sur des portions de descentes plus ludiques les unes que les autres. Mais le bruit des motos se rapproche à l'arrivée au 2ème ravito.

Ça y est, c'est officiel nous sommes les derniers !!.
Ce qui n'empêche pas les organisateurs de nous laisser le temps de nous ravitailler tranquillement et de nous autoriser à finir le parcours des 50km (retour plus long que celui des 35km) : très sympa et encore merci !!!
Et là ce n'est que de la descente jusqu'à la plaine (avec un passage par la Garde-Freinet), avec de belles portions rocheuses limite trial, un vrai régal !! Surtout qu'avec les motos dernières ça pousse un peu, ce qui pimente encore un peu plus la descente.
Arrivé dans la plaine, un dernier ravitaillement nous attendait, rien que nous, mais bon, il reste 8 km et on ne va pas retarder tout le monde !!.

Sur la dernière portion, nous avons même trouvé le moyen de doubler d'autres participants et d'en rattraper d'autres malgré la fatigue.Que du bonheur !

Au final 51.5 km et 5h35 sur le VTT : parcours assez dur en montée (beaucoup de portage) mais des descentes de folie et des paysages magnifiques (notamment celle de la crête), et un grand merci à tous les bénévoles et organisateurs très sympathiques pour ce magnifique tracé à la fois XC ,enduro avec une pointe de freeride, un parcours technique qui nous laisse un très bon souvenir.  Je pense que c'est l'une des meilleures rando que nous avons fait jusqu'à maintenant.

Le seul déception c'est que la 2ème carte SD de notre caméra où on avait enregistré les descentes est impossible à lire : on a encore du mal à s'en remettre !!!

Mais malgré tout une vidéo avec des images "sauvées".

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #GPS

suite de l'article du 26/04/2009 sur le GPS Orégon 300

Cela fait deux fois qu'on s'amuse à créer des itinéraires pour découvrir les chemins de la région. Il y a un petit coté "aventure" à passer par des endroits inconnus et non balisés (ce que nous faisons assez rarement). On a découvert comme ça des petits singles tracks sympas (mais aussi, il ne faut pas se le cacher des chemins bloqués ou quasiment inexistants !!).

Pour créer un itinéraire, c'est relativement simple : quelques étapes à suivre...
    Télécharger le CD de cartographie GPS Topo qui contient les cartes et le logiciel MapSource (chaque CD de cartographie est associé qu'à un seul GPS !! pas de possiblité de se prêter les CD de carto et si on change de GPS, il faut également racheter un nouveau CD de cartographie !!) 
Important : pour le 300 il faut également télécharger la mise à jour de Mapsource 6141 avec le lien suivant :
http://www8.garmin.com/software/MapSource_6141.exe
Sans ça, il est impossible d'envoyer sur le GPS les traces et les waypoints mais seulement les cartes.
          

    Ouvrir Mapsource 

Avec les curseurs en bas et à droite et le zoom, afficher à l'écran le secteur choisi pour la randonnée

 

   

    Cliquer sur l'outil itinéraire.

Cliquer ensuite, sur la carte,  sur le point de départ de l'itinéraire que vous aurez choisi.

         








   Cliquer ensuite sur différents points à la suite : l'itinéraire se fait automatiquement. Pour faire cette manip, il faut être sur un zoom assez resserré pour que Mapsource choisisse les chemins plutôt que les routes.

    Une fois l'itinéraire défini, il faut aller sur l'icone outil carte et sélectionner (en cliquant) toutes les cartes traversées par l'itinéraire. Toutes les cartes voulues doivent être listées dans l'onglet carte

    Connecter le GPS à l'ordinateur et cliquer sur envoyer vers le périphérique. Vérifier que les cases cartes, waypoints et itinéraire soient cochées.

Attention : vous pouvez enregistrer plusieurs itinéraires sur le GPS mais les cartes "s'écrasent". Le dernier envoi d'itinéraire doit comprendre toutes les cartes correspondant à tous les itinéraires enregistrés dans le GPS.
Il est donc important d'installer une carte microSD pour augmenter la capacité mémoire.

Il ne reste plus qu'aller tester sur le terrain cet itinéraire : sur le GPS taper sur :
                "Où aller"
                "itinéraires" et choisir l'itinéraire voulu
                "Aller"
Il n'y a plus qu'à se laisser guider
!!

Voir les commentaires

Publié le par Manu et Vero
Publié dans : #GPS

 Depuis un moment nous avions envie de changer de GPS.
Jusqu'à présent nous avions un Magellan eXplorist 100 qui permettait de nous donner notre position en longitude et latitude (avec nécessité évidemment d'avoir la carte IGN du lieu de la randonnée) et affichait la trace réalisée. Il nous a été très utile un bon nombre de fois.



Nous voulions le remplacer par un GPS avec cartographie.
Notre choix s'est porté sur le Garmin Orégon 300 car :
          - son écran ne ressemble pas à un timbre poste
          - il a la possibilité d'intégrer une cartographie détaillée
         - on peut télécharger des tracés sur internet par le biais de site comme Utagawa
         - on peut également créer soi-même ses propres tracés
On l'a pris avec le kit vélo pour l'accrocher au cintre.



Suite à son utilisation depuis deux sorties sur des créations de parcours, nous pouvons faire maintenant un petit bilan (qui n'est pas exhaustif !!).
   Il est assez facile d'utilisation (pas besoin d'avoir bac +36 !!). Son écran tactile est très conviviale et facile à utiliser quand on est sur le VTT (le port de gants ne gène pas plus que ça, même si la sensibilité de l'écran est parfois moindre).
  La cartographie présente dans le GPS est très "light". Pour l'utiliser, il faut acheter les cartes GPS Topo (n°3 pour la zone Provence Côte d'Azur Méditerranée qui comprend les départements  : 2A-2B-04-06-11-13-30-34-83-84). Pour info la France métropolitaine est divisé en 10 régions (donc 10 CD à acheter pour l'avoir entière soit presque 1000€ -99€ l'unité). De plus, normalement il y a une nouvelle version en 3D qui va sortir bientôt. 
  Son écran et son système de navigation (choix des paramètres, réglages, fonction ...) sont très agréables.
  Il capte très bien les satellites (Système WAAS - plus de 12 canaux) et il est rapide en acquisition. Il n'y a pas de perte de signal dans les zones très encaissées.
  Il ne perturbe pas le compteur sans fil comme par exemple notre ancien GPS donc on peut l'installer sur le cintre du VTT.
  Il est étanche IPX7 (équivalent de plongée à 3m) (et en ce moment même dans nos contrées c'est loin d'être facultatif !!)
  Son autonomie est très correcte et son système d'affichage du niveau de piles par 4 barres permet exactement de savoir le niveau de chargement (effet, il n'est pas rare d'avoir des appareils qui n'ont comme niveau que plein, moitié et "fini", comme la caméra Motorsport d'ailleurs).
  Lorsqu'on suit un parcours défini par avance, un bip retentit à l'approche des points sélectionnés ou des changements de direction (et également quand on se trompe de chemin). De plus, le bip est assez fort pour l'entendre mais suffisamment discret pour ne pas être entendu à des kilomètres à la ronde.
  La difficulté quand on suit un tracé est de définir le bon niveau de zoom sur l'écran :

                   - trop faible : on ne voit pas de suite si on est sur le mauvais chemin quand 2 chemins sont parallèles ce qui entraîne des demi-tours assez fréquents ( entre nous c'est un excellent entraînement pour moi car le demi-tour serré sur chemin étroit n'est pas mon point fort !!)
                   - trop fort : on manque de visibilité sur le parcours et on peut également se tromper de chemin (entraînant la même sanction qu'au-dessus).
Il faut trouver le juste milieu.
  Par contre un gros avantage est que lorsque pour une raison ou une autre, on ne peut pas suivre le parcours prévu (pour cause de chemin qui a disparu ou d'une propriété privée qui a poussée sans prévenir l'IGN !), le GPS, qui d'abord nous "bipe" pour faire demi-tour, redéfinit une nouvelle trajectoire pour retrouver le parcours initial.

Alors oui, évidemment nous avons perdu ce coté "aventurier" qui ne se dirige qu'avec la boussole et la carte. Nous ne connaîtrons plus ce bonheur du "dépliement" de carte sur un bord de chemin par grand vent, ni cette joie non moins intense du "repliement" qui n'est pas forcément plus facile selon les conditions climatiques.
Mais ce GPS nous permet de créer virtuellement de la maison des parcours (et donc de sortir des sentiers balisés) et de pouvoir les suivre facilement sans nous arrêter toutes les 5 minutes pour vérifier si on est sur le bon chemin. Cela nous permet découvrir les environs (et d'ouvrir un album photo "Var")

Le risque, par contre, c'est d'avoir les yeux un peu trop rivés sur le GPS et d'en oublier de regarder la route (et c'est du vécu : de se retrouver au milieu d'une petite route avec une voiture qui vient en face !!).

                          

Prochain article : création d'itinéraires sur MapSource

Voir les commentaires

BOX LIKE

  

 

 youtube.com VTT A 2

 

 

 

 

NOMBRE DE VISITEURS

compteur internet

Archives

Articles récents

NOUVELLE CATEGORIES


 
 
 
 

 

 

Hébergé par Overblog